Tour d’horizon sur un été en constante évolution

Le 13 juillet 2021

Nous avons le plaisir de partager avec vous ce nouvel article hebdomadaire évoquant les perspectives sur cet été 2021.

Au menu :

Economie mondiale face au Variant Delta :

Ce samedi, le G7 a pu mettre en garde face notamment au variant Delta qui prend de plus en plus d’ampleur, faisant peser des risques sur l’économie mondiale. On peut craindre un ralentissement de la reprise, car si en France la vaccination s’est faite entendre par un grand nombre et continue de faire des adeptes, la réciproque n’est pas tout à fait aussi vrai dans de nombreux pays. Notons tout de même, que quelques 500 millions de doses de vaccin sont distribuées à travers toutes les régions d’Europe. Même si la crainte que les actuels vaccins ne se montrent pas tant à la hauteur que l’on voudrait l’espérer face aux différents variants, les gouvernements des 27 Etats membres ont pour responsabilité de les administrer à leurs citoyens. Nous pouvons nous vouloir rassurant face à la quatrième vague, avec de fortes probabilités que cette dernière ressemble à la troisième vague que nous avons connu, c’est-à-dire plus de cas au vue d’une contagion plus virulente, mais avec cependant moins de cas grave. La reprise économique mondiale reste exposée, bien qu’un impact sur l’activité économique reste finalement très faible.

Nous pouvons nous laisser aller à une projection plutôt positive, en tout cas en ce qui concerne la France, suite aux annonces de notre Président de la République ce lundi 12 juillet 2021, à l’occasion des annonces gouvernementales qui font suite aux résultats de l’évolution de la pandémie. En effet, les données se veulent plutôt rassurantes avec une croissance pour 2021 à 6%.

Les chiffres de l’emploi sont eux aussi plutôt encourageants avec plus de 187 000 emplois en CDI créés depuis le début d’année. Nous pouvons également nous targuer d’être le pays le plus attractif d’Europe depuis deux ans.

Données américaines et la Fed :

La Fed restera très attentive aux données pour décider du calendrier de resserrement monétaire.

L’inflation en générale sera importante, cependant, une attention toute particulière sera portée sur les prix de l’immobilier ainsi que sur la croissance des salaires.

Comme nous avons pu en parler la semaine dernière, l’expiration des droits aux allocations chômage arrivant pour l’automne dans différents Etats américains, les chiffres de l’emploi devraient faire un bond d’ici les prochains mois. 

Prenant en considération tous ces éléments sus nominés, une transition ou un resserrement monétaire dès septembre, est très probable.

Politique économique chinoise :

La Banque populaire de Chine a récemment décidé de réduire le taux de réserves obligatoires (RRR) de toutes les banques de 50 points, ce qui équivaut à 1 000 milliards de Yuans à long terme (pour donner une idée plus précise, cela représente 154 milliards de dollars) et ce, à compter du 15 juillet 2021. Toutefois, les banques soumises à un RRR de 5% se verront exonérées de la nouvelle baisse. Selon la banque d’investissement UBS, cette décision pourrait s’avérer positive en renforçant le sentiment du marché en ce qui concerne les actions de certains secteurs.

Vous l’aurez compris, cette mesure a été réfléchit pour soutenir sa reprise économique post-Covid.

Malgré un important rebond qui mène à des niveaux de croissances observés avant la pandémie, grâce notamment à un secteur d’exportation étonnamment résistant, la croissance a tendance à s’essouffler et se sont les petites entreprises qui paient le plus lourd tribut de la récente flambée des prix des matières premières.

Nous pouvons y voir un soutien primordial fait aux actifs financiers locaux qui ont sous-performés en ce début d’année et notamment les marchés à actions. La déduction est la suivante, la Chine se donne les moyens de supporter à nouveau son économie en portant des améliorations quant aux conditions de liquidité.

Pétrole et positionnement de l’OPEC :

Comme vous en avez pu en prendre connaissance, la semaine dernière les membres de l’OPEC n’ont pas réussis à trouver un accord unanime, quant à l’augmentation de la production de barils de pétrole. Cette absence d’accord pourrait avoir comme effet, une forte augmentation des marchés de ce dernier. Rappelons qu’en juin, le seuil des 70 dollars avait été franchi, un record depuis plus de deux années. En effet, le report de la réunion de l’OPEP+ se rapproche d’un mois d’août sans barils supplémentaires de la part de l’alliance.

La clôture en hausse du prix du pétrole laisse imaginer une reconduction en août des quotas de production déjà appliqués en juillet et non, comme ce qui avait été un temps envisagé, une augmentation de la production. De plus, sans un accord sur une augmentation de la production de pétrole, le seuil des 80 dollars pourrait être dépassé dans les semaines à venir.

Traduction : une guerre des prix pourrait être envisagée avec pour référence une augmentation de production déséquilibrée, ce qui entrainerait des baisses de prix du pétrole de façon considérable.

Wealth A7, toujours à vos côtés pour donner vie à vos envies.

Partagez

Article par : Noémie MARZLOFF

Demande de consultation

32, rue d’Alsace Lorraine 31000 Toulouse

?>

Téléphone : +(33) 5 32 02 81 71 - contact@wealth-A7.com