Immobilier diversifié, c’est pas sorcier !

Le 12 mai 2020

Nous savons que l’immobilier est l’investissement favori des Français, il n’est cependant pas toujours simple d’y accéder : un coût souvent conséquent, des démarches administratives complexes ou encore trop peu de temps à accorder à la gestion locative peuvent être autant d’obstacles à franchir.
Aussi, personne ne peut prédire comment la crise actuelle, liée au Covid-19, va affecter notre environnement dans les prochains mois. C’est pour cela qu’il semble judicieux de se diriger vers une stratégie de diversification.

Que diriez-vous de pouvoir investir dans le secteur immobilier sans avoir à surmonter ces obstacles ? Vous êtes partagés entre placement immobilier et financier, et si vous pouviez combiner les deux en un seul et même produit ?

Vous avez déjà certainement dû entendre parler de l’immobilier indirect. Mais que cela signifie-t-il concrètement ?

C’est une manière d’investir indirectement dans l’immobilier : vous achetez des parts de sociétés ou d’organismes de gestion agréés par l’Autorité des Marchés Financiers, et vos fonds sont investis par ces sociétés pour l’acquisition, la rénovation et la gestion d’un patrimoine immobilier.

Elles offrent un accès à un marché intéressant grâce à une diversification de biens : bureaux, commerces, immobilier de services ou encore logements idéalement placés, en cœur de ville.

Il existe plusieurs façons d’investir dans l’immobilier indirect en passant par différents types de sociétés, adaptés en fonction de l’objectif d’investissement. 

Vous cherchez à vous générer un rendement immédiat tout en préservant le capital, à privilégier la valeur de l’actif ou encore à miser sur une forte appréciation du bien ?

Regardons de plus près quelles solutions peuvent y répondre :

•    Les SIIC (Société d’Investissement Immobilier Cotée)

Il s’agit d’un investissement sur des actions de foncières cotées en bourse, dont le sous-jacent est l’immobilier, investi à l’international ou non. 
De ce fait, la volatilité est importante avec un risque élevé, mais on peut atteindre grâce à ce type d’investissement un fort potentiel de performance, de l’ordre de 10% par an en moyenne. Les parts sont 100% liquides ; c’est-à-dire qu’elles peuvent être revendues à tout moment. 
Le combo parfait pour l’investisseur qui souhaite aller sur les marchés financiers tout en misant sur un actif immobilier et jongler entre performance et liquidité.

•    Les SCPI (Société Civile de Placement Immobilier)

Des SCPI de rendement - pour générer un revenu complémentaire, aux SCPI fiscales - pour optimiser votre fiscalité, ou encore internationales qui investissent dans des biens à l’étranger - pour diversifier au maximum votre investissement, plusieurs choix s’offrent à vous. Contrairement aux SIIC, elles ne sont pas cotées en bourse et les fonds sont intégralement investis sur des d’actifs immobiliers tangibles. 
Les parts de SCPI offrent une meilleure sécurité grâce à une faible volatilité et un rendement de l’ordre de 4 à 6% par an. 
La liquidité est variable puisque le revente avant terme nécessite qu’un nouvel acheteur se positionne. 
Elles concernent d’avantage les profils qui souhaitent investir en toute sécurité sur du moyen-long terme tout en bénéficiant d’un rendement intéressant.

•    Les OPCI (Organisme de Placement Collectif)

L’équilibre parfait pour allier performance, liquidité et sécurité. Il en existe sous deux formes juridiques faisant varier la translucidité fiscale applicable : les Fonds de Placements Immobiliers (FPI) (les revenus sont traités comme des revenus fonciers) et les Société de Placement à Prépondérance Immobilière (SPPICAV), qui investissent dans des biens à l’échelle nationale comme internationale (les revenus étant cette fois classés dans la catégorie des BIC, bénéfices industriels et commerciaux). 
Non cotées en bourse, les OPCI sont composés d’un minimum de 60% d’actifs immobiliers, d’un maximum de 35% d’autres actifs financiers et de 5% de liquidités. Ils offrent une meilleure liquidité qu’une SCPI car l’organisme s’engage à racheter vos parts si vous souhaitez les vendre. La volatilité est plus importante que pour une SCPI, mais moins que pour une SIIC et la performance se situe entre 4 à 6% par an.
Ils s’adressent aux profils assez sécuritaires qui souhaitent avoir un bon rendement tout en ayant une poche de liquidité.

Est-il plus stratégique de détenir ses parts de SCPI en direct que dans un contrat d’assurance vie ou de capitalisation ou encore via une société civile immobilière ?
Selon votre situation, faut-il privilégier un fonds bénéficiant d’une transparence fiscale ?
Vaut-il mieux partir sur des SIIC et s’assurer une liquidité ou privilégier la sécurité des SCPI ?

Autant de questions auxquelles nos experts Wealth A7 pourront vous répondre !

Si vous aussi vous souhaitez simplifier votre investissement tout en ayant un bon rendement, nous sommes à vos côtés pour vous guider vers la meilleure solution. Contactez-nous

Partagez

Article par : Paola COLLALTO

Demande de consultation

32, rue d’Alsace Lorraine 31000 Toulouse

?>

Téléphone : +(33) 5 32 02 81 71 - contact@wealth-A7.com