D’une vague virale à une vague digitale

Le 24 novembre 2020

Vous connaissiez déjà le Bitcoin, l’Etherum, le Ripple ? Il semble que l’histoire ne s’arrêtera pas là…

Début novembre, Christine Lagarde, secondé par son « Monsieur Crypto », Benoît Cœuré (directeur du pôle innovation de la Banque des règlements internationaux, la BRI), a initié une consultation publique portant sur la création d’un euro numérique géré par la blockchain. Dans le silence du confinement, la présidente de la BCE lève ainsi le voile sur les projets européens de transformation du système financier.

Votre opinion importera-t-elle lorsqu’il s’agira de prendre la décision de se tourner vers le numérique ? N’en soyons pas certains : les consommateurs se tournent d’ores et déjà de plus en plus vers le numérique dans la manière dont ils dépensent et placent leur argent. La crise du coronavirus a d’ailleurs accéléré ce phénomène en coupant nos voies d’accès aux circuits de consommation classiques et en encourageant chacun à acheter et investir par internet. A ce stade, un euro numérique semble être une suite logique. A quoi bon vous poser la question ? Si ce n’est pour vous amener à intégrer et adopter cette nouvelle (r)évolution.

Avec la maîtrise de cet euro numérique, ce ne sont donc plus les banques de détail mais la banque centrale qui devra gérer l’inscription numérique de votre épargne et de l’ensemble de vos transactions.
Après trois millénaires de bons et loyaux services, notre monnaie fiduciaire est donc sous la menace d’une crypto-monnaie institutionnalisée.

Ce que l’on aime :
-    des transactions sécurisées, rapides,
-    la fin du piratage,
-    la fin de l’argent sale (pas d’argent liquide : pas de trafics ni de corruption),

Ce que l’on se demande :
-    qu’en sera-t-il du crédit : qui pourra prêter à qui ? A quelles conditions ?
-    si nous sommes aujourd’hui en France épargnés par les taux négatifs, le serons-nous dans un système numérique centralisé ?

Et ce que l’on aime moins :
-    plus rien de tangible avec la disparition des distributeurs de cash et de nos bons vieux billets,
-    des transactions tracées de bout en bout donc quid de la vie privée,
-    un règne absolu de la banque centrale sur tous les flux financiers de tous les citoyens : dans un système numérique global et apuré, une seule personne en appuyant sur un seul bouton pourra autoriser vos transactions et même l’ensemble des transactions ou au contraire les bloquer, selon son bon vouloir.

L’euro numérique, c’est le pouvoir absolu du système bancaire, c’est le Graal dont les autorités monétaires rêvent depuis la crise de 1929. 
Mais est-ce ce dont nous rêvons ? Avons-nous réellement envie d’abandonner tout contrôle sur l’argent que nous gagnons et que nous choisissons (jusqu’ici) de dépenser ou d’investir ?
On nous vante la fiabilité du système mais quelle garantie ? N’a-t-on pas déjà entendu l’histoire de portefeuilles de crypto-monnaies volatilisés du jour au lendemain ?

Les institutions ne profitent-elles pas un peu trop du confinement, du couvre-feu, de la peur de l’épidémie, de l’interdiction de se rassembler et de manifester (8 mois déjà, soit la plus longue privation de l’un de nos droits fondamentaux depuis la seconde guerre) pour amorcer, en toute discrétion, une révolution majeure ?

Vos conseillers Wealth A7 décryptent pour vous les actualités politiques, économiques, financières… pour vous donner une vision claire du monde de demain et vous conseiller dans chacune de vos décisions patrimoniales.

Ne soyez pas spectateurs, ne laissez pas la vague vous emporter : avec Wealth A7, apprenez à surfer !
Contactez-nous et nous verrons ensemble comment aborder au mieux cette nouvelle vague digitale !

Wealth A7, toujours à vos côtés pour donner vie à vos envies !

Partagez

Article par : Etienne KAJOIN

Demande de consultation

32, rue d’Alsace Lorraine 31000 Toulouse

?>

Téléphone : +(33) 5 32 02 81 71 - contact@wealth-A7.com